4ème rencontre du West African Sitatunga Group

Après la Villa Cisneros, Sogakope au Ghana en novembre 2018, c’est le Sita’lodge de la Vallée du Sitatunga sis à Zinvié-kpotomey au Bénin, qui a accueilli la 4ème rencontre du West African Sitatunga Group (WASG). Tenue les 26 et 27 janvier 2022, cette rencontre a regroupé une dizaine d’organisations venues de trois pays d’Afrique de l’Ouest : Ghana, Togo et Bénin. Elle a connu la participation en ligne de plusieurs autres personnes dont Monsieur Philippe Chardonnet, le co-Président du Groupe des spécialistes des antilopes de l’UICN. Les objectifs de cette rencontre étaient de faire une mise à jour des résultats d’actions de conservation menées par les organisations membres, d’évaluer le plan d’action 2018-2020 et d’élaborer celui de 2022-2023.

Après les mots de bienvenu du Directeur Exécutif de CREDI-ONG en la personne de Monsieur Martial K. KOUDERIN, les membres du réseau ont présenté à tour de rôle les actions menées et les résultats obtenus sur la période 2019-2021 en matière de conservation du Sitatunga (Tragelaphus spekeii gratus) espèce inféodée aux zones marécageuses.

Le West African Sitatunga Group (WASG) à l’origine constitué de six organisations a été rejoint par quatre nouvelles avec bien d’autres en perspectives au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Nigéria et en Gambie.

Nombreux sont les constats préoccupants qui ont motivé la mise en place de ce réseau d’organisations autour de cette espèce peu connue à travers le monde. Nous avons entre autres :

- La fragmentation de son habitat

- L’urbanisation galopante

- Le statut IUCN de l’espèce en contradiction avec la réalité en Afrique de l’Ouest

- La difficulté à impliquer durablement les communautés locales dans sa protection

- La non application des textes et loi qui régissent la chasse et les écosystèmes concernés

- La compétition avec la transhumance

- La difficulté de valorisation touristique du Sitatunga en raison de son milieu de vie

- La rareté des données scientifiques sur l’espèce

Ces constats ont été validés par Philippe Chardonnet à travers un moment d’échange en ligne qui a précisé aussi que l’espèce n’a pas été reévaluée depuis 2016 en raison d’absence de nouvelles données. Il compte donc sur les travaux de ce réseau pour une reévaluation du statut de l’espèce par l’IUCN. Le WASG a donc deux principaux objectifs : renforcer les capacités des organisations membres à travers le partage de connaissances, les visites d’échanges et une meilleure visibilité puis conduire un processus de plaidoyer et de lobbying en faveur de la conservation durable du Sitatunga.

De cette 4ème rencontre du WASG sont nées de grandes décisions et résolutions d’actions consignées dans un plan d’action pour la période 2022-2023. Un comité ad’hoc a été mis en place pour animer et conduire le processus de formalisation du réseau qui devrait s’achever en décembre 2022. Par ailleurs, des membres engagés et compétents du réseau sont attendus au sein du groupe de spécialistes des antilopes de l’UICN. Un véritable défi est donc lancé au WASG pour la conservation durable du Sitatunga en Afrique de l’Ouest.

Rédigé par Modeste HODONOU ( Chargé de Communication CREDI-ONG)

Tél: +229 96 36 56 76

Email: moruel289 [at] gmail.com

photo d'ensemble des participants à la 4ème rencontre du West African Sitatunga Group
Aichi targets
12.1. Extinction of known threatened species has been prevented
Benin