Gestion des déchets ménagers (ENQUETE) : A Comè, le droit à un environnement sain reste une chimère

La gestion des déchets ménagers a pris une place prépondérante dans le débat public ces deux dernières décennies au Bénin. Dans l’arrondissement central de Comè dans le département du Mono, ceci s’est traduit par l’élaboration de nouveaux dispositifs réglementaires et l’implication croissante du secteur privé dans la gestion  des déchets. Mais, dans un conteste de décentralisation la gestion des déchets, malgré le système mis en place, rencontre encore beaucoup de difficultés surtout avec la paupérisation grandissante. 

L’un des problèmes majeurs dans les villes des pays africains demeure la gestion des déchets ménagers. Dans sa thèse sur la question de la gestion des déchets ménagers dans la ville de CotonouRoch Gbinlo écrit que «urbanisation, augmentation des besoins alimentaires et déchets ménagers vont de pair dans les pays en développement et en particulier au Bénin ». La ville de Comè n’échappe pas à cela. Mieux, la grande quantité des déchets générés dans la ville est rejetée dans les décharges sauvages sans aucun aménagement ou infrastructures de base permettant de protéger la santé des populations avoisinantes et l’environnement. Dans cette ville du sud-ouest du Bénin à environ 60 Km de Cotonou, il n’est donc par rare, lors d’une promenade, de voir des dépotoirs sauvages çà et là comme devant la direction générale de la douane. Dans le marché comme dans les quartiers de la ville, des dépotoirs sauvages pullulent. «Moi, je vais jeter mes ordures sur un tas d’ordures derrières la maison », confie dame Gisèle rencontrée dans le quartier Mon BergerAmanvi Kouassi indique qu’elle jette ses ordures non loin de sa concession et qu’elle ne voit pas en quoi cela gêne. Pour lui, même si ces ordures dégagent des odeurs nauséabondes, les habitants doivent s’y accommoder. Car, leurs parents ont toujours procédé ainsi. Certains même préfèrent brûler leurs ordures.«Quand les ordures deviennent importantes, nous les brûlons », informe Dame Françoise rencontrée non loin du CEG de Comè au quartier Hôtel de Ville. D’autres encore ont fait l’option de s’abonner aux pré-collecteurs d’ordures. 

Plus des informations sur le site du journal La Nouvelle Tribune

Gestion des dechets
Aichi targets
A. Mainstreaming Biodiversity
Benin